The Ancient Magus Bride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous aimé The Ancient Magus Bride?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0
marinecelebrian
Otakumasutā ⭐⭐ オタクマスター
Messages : 453
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 25
Localisation : Entre 2 vignes de champagne
Voir le profil de l'utilisateur https://celebriannosekai.wordpress.com/

The Ancient Magus Bride

Message par marinecelebrian le Mar 20 Sep - 17:12


The Ancient Magus Bride
 

      Informations
     
  • Nombre de volumes : 5 (6 au Japon, en cours)
  • Editeur Fr : Komikku
  • Source : Manga original

 

Synopsis


Chisé Hatori a 15 ans. Elle n’a ni famille, ni talent particulier, ni aucun espoir dans la vie. Un jour, elle est vendue à un sorcier, un non-humain dont l’existence remonte à la nuit des temps... Il la prend sous son aile pour faire d’elle sa disciple et lui annonce qu’à terme, elle deviendra son épouse. Alors, les aiguilles qui semblaient à tout jamais figées dans son cœur se mettent à tourner de nouveau, petit à petit...






Mon avis


Comment ça, ce résumé vous fait peur ? Je vous vois venir, vous, là-bas « quewa, une relation entre un vieux mage non humain et une ado, mais c'est dégueulasse ! ». Chut. Juste chut. Posez-vous, et ne vous fiez pas (uniquement) au titre...
Nommé dans de nombreux prix (Manga Taisho par exemple), souvent bien classé, The Ancient Magus Bride a été désigné comme la série la plus recommandée par les libraires japonais pour 2015 ! Oui, rien que ça. Et rien que pour ça, vous devriez l'avoir testé (dit celle qui l'a commencé y'a peu de temps, mais chut).


 


Chisé est une jeune fille de 15 ans, d'origine japonaise (même si ses cheveux roux et ses yeux verts pourraient nous en faire douter au début). Elle n'a plus de famille depuis la disparition de sa mère, son père étant parti quand elle était petite. Pour elle, elle n'a aucun talent intéressant aux yeux des autres, et n'a aucun but dans sa vie. Elle finit par être vendue aux enchères. C'est Elias Ainsworth, un mystérieux sorcier avec un crâne d'animal en guise de tête, qui va l'acheter une fortune pour en faire sa disciple, mais aussi son épouse. Il lui révélera sa puissance, qui expliquera la raison pour laquelle elle valait si chère. Elias va lui enseigner la magie, à contrôler ses pouvoirs et à comprendre et côtoyer le monde parallèle qu'elle connaît depuis son enfance. Mais surtout, elle va apprendre à aimer la vie à nouveau, et à faire confiance aux autres tout en évoluant de son côté.
Elias Ainsworth, cet étrange sorcier, va donc l'amener dans sa demeure, qui se trouve à l'ouest de Londres, bien loin du Japon natale de Chisé. Il a une domestique, nommée Silky, une fée, qui est plus proche de la maîtresse de maison car elle s'occupe d'absolument tout, et elle apprécie la compagnie de Chisé et Elias. Ce dernier a un réel lien avec le monde des fées, il connaît même leur reine et l'appelle par son prénom. Il cache beaucoup de choses, et il n'est pas très bavard et expansif à son sujet, et on le découvrira presque à travers les yeux de Chisé...





La relation entre ces deux personnages atypiques va évoluer avec le temps. Petit à petit, Chisé va se sentir à l'aise, se sentir « comme chez elle », ce qu'elle n'avait pas connu depuis des années. Par contre, elle n'arrive pas à exprimer ses sentiments, mais elle va comprendre que c'est important au fur et à mesure de l'histoire, des nouvelles missions, des nouvelles rencontres, bonnes ou mauvaises. Elle va aussi comprendre que sa soumission, sa dépendance à Elias, qu'elle se sent obliger d'avoir pour le remercier de ce qu'il a fait pour elle, va devenir problématique pour son épanouissement personnel. Elle deviendra aussi la tutrice d'Elias en ce qui concerne les relations humaines... Alors qu'elle en connaît finalement très peu : tout se basera sur ses ressentis, ses émotions, et les difficultés que peuvent rencontrer les être humains.
Et même si cette idée de mariage reste présente, elle n'est pas la priorité pour les deux personnages : pour Chisé, tant qu'elle est appréciée, elle est heureuse. Elias semble un peu plus distant parfois, mais il tient énormément à Chisé, et ne supporte pas la voir en danger ou loin d'elle. Les relations sont ambiguës, et c'est ce qui rend le tout passionnant.





L'univers dans lequel évolue ces personnages est extrêmement riche et passionnant. On retrouve beaucoup d'être tirés de l'imaginaire occidental, sur lesquels la mangaka n'hésite pas à ajouter une petite dose japonaise. Ainsi, nous rencontrons aussi bien des lutins, des fées, des ondines, des loups-garous, des dragons... que l'auteur a su parfaitement s'approprier, et nous permettant de nous plonger dans ce manga comme nous pourrions nous immerger dans un conte. L'auteur fait vraiment la part belle à de nombreux mythes et légendes, au merveilleux. Bref, si vous aimez ce genre, vous devriez très vite sauter sur The Ancient Magus Bride.





Cette accumulation d'univers, de créatures, d'humains, provoque ainsi une atmosphère tantôt étrange, tantôt joyeuse, et parfois même profonde et grave. La capacité de la mangaka a mettre en valeur les émotions de ses personnages, leurs doutes, explique cela. Les visages sont très expressifs, et aucune émotion n'est exagérée : tout semble extrêmement naturel, réel. Et c'est vraiment une force du manga. Le graphisme de l'ouvrage est extrêmement beau (bien qu'un peu inégal au début, mais c'est normal malgré tout), et tout est dans le sens du détail, accentuant nos sensations à la lecture de la série.
Par contre, ne vous attendez pas à de l'action non stop. C'est très posé et calme, limite contemplatif. Mais quand il y a de l'action et du combat, là par contre, ça y va. Et les rebondissements et cliffhangers tombent généralement très bien.  





Les éditions Komikku ont fait un travail admirable sur la série : les couvertures sont magnifiques (et on a le droit à des petites explications et histoires sous les jaquettes), et les traductions rendent le tout très agréables à lire. Le papier est épais et l'ensemble semble solide. Et vu ce qu'on trouve chez certains éditeurs, c'est important de le dire !





Le mot de la fin

Je ne peux que vous conseiller cette petite merveille que les éditions Komikku ont réussi à nous avoir. A la lecture de cette oeuvre, on ne peut que comprendre l'enthousiasme des japonais. J'ai hâte de lire les prochains volumes, et j'espère que la mangaka nous tiendra en haleine encore longtemps !



Revenir en haut Aller en bas

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum